Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
The dirty cinema

The dirty cinema

Sale comme sauvage. Sale comme sexy. Voici une caverne entièrement dédiée aux films de genre, aux déflagrations pelliculées, aux péloches cramées, aux bisseries qui tâchent. Moteur.

Publié le par Dirty Max 666
Publié dans : #EROTIQUE

 

JE SUIS FRIGIDE...

POURQUOI ?

(Max Pécas, 1972)

 

DOUBLE PROGRAMME MAX PÉCAS : ÉROTIQUEMENT VÔTRE part 1

De Max Pécas (1925-2003), l'Histoire du cinéma ne retiendra que les nanars co(s)miques : Embraye bidasse ça fume - 1978, Mieux vaut être riche et bien portant que fauché et mal foutu - 1980 , On n'est pas sorti de l'auberge - 1982, On se calme et on boit frais à Saint-Tropez - 1987... Pourtant, avant de se spécialiser dans la comédie épaisse, le cinéaste s'est fait la main sur d'autres genres. Comme le polar (Le cercle vicieux, 1960), l'espionnage (De quoi tu te mêles Daniela ?, 1961) ou encore l'aventure (Cinq filles en furie, 1963). Par la suite, il tâtera même du film d'action avec Brigade des mœurs (1984). Mais, même recouvert d'un jean moulant, le cul n'est jamais bien loin. Car Pécas aime le charme, le sexy, le glam. Pas étonnant que le monsieur devienne l'un des chefs de file de la sexploitation française des seventies. Son plus grand succès dans ce domaine reste le très joli Je suis une nymphomane (1970), avec une Sandra Julien tourmentée par un désir charnel incontrôlable. Deux ans après, le Max engage de nouveau son actrice principale et lui enlève toute libido pour les besoins de Je suis frigide...Pourquoi ? Mais cette fois-ci, le public ne sera pas au rendez-vous...

Pour Doris (Sandra Julien), tout bascule le jour où elle se fait violer par Eric (Jean-Luc Terrade) et Carla (Marie-Georges Pascal), un fils de bonne famille et sa garce de sœur. Dans l'espoir d'oublier son agression, Doris part vivre ailleurs mais emporte avec elle de graves séquelles qui vont lui gâcher sa vie amoureuse... Également connu sous le titre de Comment le désir vient aux filles ?, Je suis frigide...Pourquoi ? forme avec Je suis une nymphomane un diptyque sur le dysfonctionnement sexuel. Les deux films suivent le cheminement psychologique d'une femme souffrant de son anormalité. Comme la nymphomanie, la frigidité est l'occasion pour Pécas de lier le drame à l'érotisme, d'aborder un trouble bien réel tout en montrant de la fesse. Le sujet est néanmoins traité avec un minimum de sérieux puisqu'un psy finit par nous expliquer d'où vient le problème de Doris et comment elle peut s'en sortir.  En gros, seul l'amour peut la sauver ! Une conclusion bien trop sage au regard du vent libertaire qui souffle sur les bandes coquines de l'époque. Alourdi par des répliques naïves, une voix off désuète et une sensiblerie de roman-photo, le long métrage a un peu trop tendance à verser dans le mélo.

Toutefois, Max Pécas ne salope pas totalement le travail. Sur le fond, l'auteur de Sexuellement vôtre (1974) glisse une petite touche de critique sociale et nous présente une bourgeoisie balayant sa merde sous le tapis (les parents du violeur tentent d'étouffer le crime commis par leur rejeton). Sur la forme, les expérimentations visuelles de Je suis une nymphomane (plans obliques, effets kaléidoscopiques) sont réitérées pour insuffler un peu de style à la mise en scène. Autre point fort et pas des moindres : la présence de la ravissante Sandra Julien. Même si elle est trop "grande" pour porter des couettes, la comédienne livre une prestation convaincante et ne laisse pas insensible le spectateur. La miss parvient à rendre son désarroi palpable, surtout lorsque son corps lui interdit de prendre son pied. Pour se décoincer du slip, son personnage ira même jusqu'à se former au métier de call-girl. Ce qui ne fait pas peur à Sandra Julien; elle qui a fait frissonner les vampires, campé une ravageuse Dany, caressé sous un kimono et participé aux orgies du Golden Saloon. Oui, la belle Sandra n'est assurément pas une actrice frigide.

Sandra Julien : frigide mais pas barjot !

Sandra Julien : frigide mais pas barjot !

Affiche japonaise de Je suis frigide...Pourquoi ?

Affiche japonaise de Je suis frigide...Pourquoi ?

Commenter cet article

Dr FrankNfurter 28/04/2014 20:08

Il est quand même terriblement réac ce film !
Voir même plus malsain que Je suis une nymphomane... quid de la fin sérieux ?! :-S

Dirty Max 666 28/04/2014 22:24

Tu n'as pas tort, doc. Comme je le dis plus haut, Je suis frigide...Pourquoi ? n'est pas assez libertaire à mon goût (le parcours du personnage de Sandra Julien est assez éloquent à ce sujet). Mais, selon moi, le long métrage de Pécas est plus "naïf" que réac. La narration un brin "daté" et le romantisme presque suranné du film, semblent abonder dans ce sens. Et puis, de toute façon, je n'arriverais pas à dire du mal d'une péloche avec Sandra Julien... En tout cas, ton intervention me donne envie de relire ta chronique du film sur "The Rocky Horror Critic Show". Passe une bonne soirée.

Rigs Mordo 26/04/2014 13:07

Je n'y connais absolument rien en Max Pécas, ni même en érotisme, mais en tout cas j'aurais appris que l'auteur de nanars dont on connait tous quelques titres (et quels titres!) n'aura pas fait que de la comédie "pouet pouet" comme ils disent sur Nanarland. L'affiche japonaise ne tourne pas autour du pot, en tout cas.

Dirty Max 666 26/04/2014 14:59

Salut Rigs ! Le doute n'est aujourd'hui plus permis : la filmo du Max ne se résume pas à Deux enfoirés à Saint-Tropez. Mieux que ça, on peut même affirmer que ses comédies sont bien plus fréquentables que celles de Dany Boon ou Michaël Youn. Passe un bon week-end et fais gaffe aux templiers morts-vivants d'Amando de Ossorio !

Ranx Ze Vox 26/04/2014 09:03

Excellent papier, manque plus qu'à mettre la main sur cette merveille.
Hugo Spanky

Dirty Max 666 26/04/2014 14:28

Salut Mister Spanky, merci du compliment ! Les confidences érotiques de Sandra Julien n'attendent que toi ! Bon week-end et bon vide-grenier à Balaruc les bains !