Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
The dirty cinema

The dirty cinema

Sale comme sauvage. Sale comme sexy. Voici une caverne entièrement dédiée aux films de genre, aux déflagrations pelliculées, aux péloches cramées, aux bisseries qui tâchent. Moteur.

Publié le par Dirty Max 666
Publié dans : #AVENTURE & ACTION

 

THE RAID 2

(The raid 2 : berandal)

de Gareth Evans

Indonésie / États-Unis - 2014

Starring : Iko Uwais, Arifin Putra &

Julie Estelle

ÉLÉGIE DE LA BAGARRE

Le cinéma se doit de faire mal. Surtout quand il s'agit de péloche d'action. Ça tombe bien, The raid 2 est la douleur faite film, une collision frontale laissant au spectateur de vilaines contusions. Plus qu'une grosse claque, The raid 2 est un putain d'hématome, une gigantesque ecchymose. Totalement gonflés à bloc, Gareth Evans et son équipe reculent les limites du genre et offrent une expérience physique hors-norme. À l'instar de The raid premier du nom (un sommet du cinoche martial), cette suite s'impose comme un classique instantané. Car non seulement ce Berandal arrive à surpasser son prédécesseur, mais il parvient aussi à marquer sa différence... L'histoire démarre là où se termine le volet précédent. Le flic castagneur Rama (Iko Uwais) est à peine remis de ses blessures qu'il se voit déjà confier une autre mission : infiltrer le syndicat du crime de Djakarta (un syndicat du crime qui a la particularité de partager son territoire avec les Yakuzas). Pour cela, il est envoyé en taule pour faire ami-ami avec Uco (Arifin Putra), le fils du big boss de la mafia indonésienne. Une fois dehors, Rama devient Yuda et intègre l'organisation. Mais ses plans sont contrariés par Bejo (Alex Abbad), un gangster "indépendant" qui compte bien devenir le nouveau roi du pays. Sa méthode : déclencher une guerre des gangs...

The raid 2 est d'abord l'occasion pour Gareth Evans de ressortir du tiroir un projet avorté du nom de "Berandal". Suite au succès de son premier raid, le réalisateur de Merantau réécrit son script en vue d'en faire une séquelle digne de ce nom. Le résultat fait montre d'une ambition plutôt inédite pour un film de baston. Au lieu de reprendre la formule du long métrage original (coups de savate, huis clos et progression vidéoludique), le gallois voit grand et ne se repose pas uniquement sur ses corps-à-corps dévastateurs. Dès l'introduction, le montage heurte la temporalité du récit et annonce d'emblée la couleur : The raid 2 va singulièrement nous rentrer dans le lard.  Mieux, il va se révéler aussi épique que Le parrain. Mais un Parrain shooté à l'adrénaline et doté d'une puissance de frappe cataclysmique. Sans se prendre pour Coppola, Evans convainc et possède suffisamment de caractère pour écarter toute autre référence (le rapprochement avec le polar H.K. Infernal affairs est vite balayé). Ample et riche, l'intrigue se nourrit de plusieurs axes narratifs (l'infiltration périlleuse, l'ombre du père sur le fils arriviste, la trahison latente, les manigances de Bejo...) et de nombreux personnages secondaires (Yayan Ruhian - Mad Dog dans The raid 1 - est mémorable en tueur SDF armé d'une machette). La bagarre virtuose et la tragédie criminelle se maintiennent en équilibre pendant 2h28.  Le rythme de l'ensemble ne faiblit à aucun moment et le temps défile comme le plus foudroyant des side-kicks.

Heureusement pour les fans de cinéma qui débourre, les aspirations d'Evans n'étouffent jamais le spectacle promis par The raid 2. Et à ce niveau-là, on a de quoi se faire méchamment décoller la rétine. Derrière sa caméra, le Gareth se montre aussi kamikaze que son staff de fighters, et aligne les idées de mise en scène les plus folles (la course-poursuite automobile est optimisée par des prises de vues insensées, comme cette plongée totale dans la bagnole où Rama se frite avec quatre mecs !). Les morceaux de bravoure sont tellement sidérants qu'ils se feront bientôt pomper par de vils tâcherons, ça c'est certain... Intense et enragé (Rama attendant une centaine d'assaillants dans les chiottes de la prison), sombre et glauque (le règlement de comptes dans un hangar où se tournent des pornos douteux), The raid 2 est surtout une bande d'action totalement hardcore. Certains détails sadiques et crus renvoient aux œuvres énervées de Verhoeven, Robocop en tête (la face d'un gus cramée par une plaque de cuisson, un crâne explosé par une bastos de fusil à pompe). Des fulgurances aux antipodes des standards hollywoodiens (quand je lis que Sly a voulu tempérer les excès d'Expendables 3, ça me fait peur) et des productions EuropaCorp (cf. le pétard mouillé 3 days to kill).

Bien entendu, c'est aussi à une ahurissante démonstration de pencak-silat (sport de combat d'origine malaise) que nous convie ce Berandal. Encore une fois, Iko Uwais impressionne. Sa fureur du dragon ne laisse à ses ennemis aucun os intact. En quelques mandales, le bonhomme étale la concurrence (seul le thaïlandais Tony Jaa soutient la comparaison) et se transforme en un véritable action hero. Un exemple : le face-à-face entre Iko et Cecep Arif Rahman, l'homme de main de Bejo. Les coups semblent réels, le sang coule, la souffrance est palpable. Les gnons ne cesseront qu'à la mort de l'un d'eux. Bref, la hargne de cette séquence nous laisse franchement sur le cul... Mais là où The raid 2 nous fait le plus durcir, c'est avec la fameuse Hammer girl, la tueuse incarnée par la mimi Julie Estelle (également aperçue dans le Macabre des Mo brothers).  Une femme forte qui rompt avec l'aspect 100 % viril du film initial. Muette et létale, la fille aux marteaux fait plus de dégâts que Choi Min-sik dans Old boy et Vinnie Jones dans Midnight meat train ! L'affrontement dans un wagon de métro, où la Hammer girl "attendrit" ses adversaires, est une fois de plus incroyable. Une nouvelle icône du genre à rendre jaloux Tarantino himself. D'autant plus que la belle a aussi un frangin, le Baseball bat man (Very Tri Yulisman). Là aussi, tout est dans le blaze. Un duo infernal qu'Evans réussit même à humaniser le temps de quelques échanges... De par son jusqu'au-boutisme de tête brûlée, The raid 2 rappelle le À toute épreuve de John Woo, qui n'est autre que le plus grand film d'action de tous les temps. Aujourd'hui, ce dernier n'est plus tout seul sur le haut du podium.

Julie Estelle dans The raid 2 : une fille complètement marteau (je ne dois pas être le premier à la faire celle-là, désolé...) !

Julie Estelle dans The raid 2 : une fille complètement marteau (je ne dois pas être le premier à la faire celle-là, désolé...) !

Commenter cet article

jamelb 20/01/2016 05:18

Je viens de lire par hasard les commentaires de chacun mais comme les goûts et les couleurs ont aime ou pas. Par contre mettre JOHN WOO avec JOHN CARPENTER ou Mc TIERNAM, je ne voit pas du tout ce que vous voulaient dire. D'accord l'un a inventé le survival PREDATOR déjà inventé PAR JOHN BOORMAN dans DELIVRANCE et je ne voit pas ce que vient faire là F.F.COPOLA ou MICHAEL BAY. RIEN A VOIR AVEC JOHN WOO quand même,je t'en est parlait tout a l'heure THE KILLER est mon film asiatique comme l'est IL ETAIT UNE FOIS EN AMERIQUE au u.s.a même si c'est the big SERGIO LEONE qui est italien mais je ne peut pas comparé ces deux films.C'est pareil pour vous. Attention un jour quelqu'un va inventé un film qui sera complètement nouveau, je pensait a pii ou a L'ARMEE DES DOUZE SINGE,CAMEROUN l'a fait avec AVATAR. Mais THE RAID 1 ou 2 aurait une place parmi un top 10 d'action au même titre que UNE BALLE DANS LA TÊTE toujours de MISTER WOO. D'ailleurs j'ai vue la 1° partie de THE CROSSING, je n'ai pas vu le temps passé c'est dire et j'en connais un rayon côté Asie et encore mieux les films Coréens que tous le monde sous estime, Tiens vous voulez du changement je vous dresse une liste si vous voulez voir du neuf et pas que des happy-end. que j'ai vue depuis maintenant 35 ans.vive le 7°art.

Dirty Max 666 20/01/2016 08:39

Et oui, comme tu le vois The raid 2 n'a pas fait l'unanimité et de grosses réserves ont été émises sur le scénario et sa structure...Pour ma part, ce film reste l'un des meilleurs que j'ai pu voir en 2014. Ensuite, chacun y va de son analyse, apportant des points de comparaison avec d'autres œuvres ou débusquant des références à d'autres cinéastes. En ce qui concerne The Crossing, j'aimerais beaucoup le découvrir celui-là (à quand une sortie en France ?).

jamelb 20/01/2016 04:43

Salut. je suis tout a fait d'accord avec toi, c'est vraiment un film percutant comme si il ne pompe pas INFERNAL AFFAIRS qui est excellent, tu risque d'être surpris lorsque tu verras S.P.L 2 "A TIME OF CONSEQUENCE" car lui ont peut dire que peut-être la fin du film ils ont prit la même trame que THE RAID 2. Flic infiltrée (ceux qui nous renvoie quelque part dans la trame de INFERNAL AFFAIRS qui est pour moi un des meilleur films H.K que j'ai vu avec bien sûr les films de JOHN WOO et notamment pour moi depuis 1995 le chez d'oeuvre THE KILLER. Et pour revenir au film S.P.L 2 a le même combat de la fin du premier THE RAID. Donc a mon avis il est bien, mais c'est pas le film qui va te faire sauter de joie (Métaphore, bien sur) car c'est du déjà vue malgré les combats inouïe des combattant. Ont parle quand même de TONY JAA (impressionnant) WU JIN et ZANG JIN qui est simplement stupéfiant de force et de rapidité, ils sont deux contre un, imagine. mais il est a voir quand même, mais tu vas te retrouvé sur un terrain connu. j'ai aussi ma communauté GENERATION-CULTE-ASIA-AMERICA. Et JEAN-PASCAL est notre ami. a bientôt et je finis il est très bien ton blog, le cinéma bis où LES SERIE B même Z attire toujours des fans. bonne continuation.

Dirty Max 666 20/01/2016 08:44

Salut Jamel, merci beaucoup pour tes commentaires et tes encouragements. Je sais que tu es un grand connaisseur du cinoche made in Asia, du coup j'ai hâte de découvrir ce SPL 2 ! Déjà, le premier était une tuerie (putain de face-à-face Donnie Yen/Sammo Hung) et constituait la réponse HK au thaïlandais Ong-bak (qui avait mis la barre assez haut niveau baston, aux débuts des années 2000).

Princécranoir 14/08/2014 15:51

Encore sous le(s) coup(s) de l'uppercut visuel, cette critique incandescente pourrait s'avrérer inflammable sur un public ayant jusqu'ici évité de se faire matraquer par les films de Gareth Evans. Il se trouve que je m'étais essayé au premier "The raid" sans en retirer grand plaisir. Annonçant quelques bribes de scénario entre deux coups de genou, je suis reparti à l'assaut de "berandal" pour un deuxième round qui s'est avéré en ce qui me concerne plus décevant encore. J'ai bien bien peur qu'il y ait chez cet Evans une tendance à se laisser guider exclusivement par son goût pour le combat, oubliant qu'il y a aussi d'autres scènes intéressantes à tourner. La séquence de la fabrication de porno de contrenbande est sans doute la plus réussie, et aussi la plus éclairante sur ses intentions véritables. Il y a chez Evans une tendance à la pornographie de la baston comme on pourrait dire qu'il y a chez Michael Bay une forme de pornographie de destruction. Certes, le Gallois se montre infiniment plus doué dans la réalisation des scènes d'action mais elles reviennent à faire la même chose que dans "Transformers" : s'enchaîner les unes aux autres dans un film étiré par une histoire qui ne sert qu'à boucher les trous (une des définition basique du porno en général). Je préfère, et de loin, les ballets aériens et funambulesques de Tsui Hark aux atermoiements consternants des mafieux de Gareth Evans.

Princécranoir 15/08/2014 22:24

C'est un avis qui se respecte. Le temps dira si je m'y rallierai.

Dirty Max 666 15/08/2014 19:46

Il ne s'agit pas pour moi de mettre un McT ou un Big John au même niveau qu'un Evans. Je veux seulement dire que ce dernier a bien retenu les leçons de ses aînés et qu'il possède en lui la même ferveur, la même intégrité artistique. Si l'on dresse un top 10 des meilleurs films d'action de tous les temps, je pense que "The raid" et sa suite peuvent sans problème en faire partie et côtoyer ainsi un "Piège de cristal"...

Princécranoir 15/08/2014 18:59

Je ne peux que t'emboîter le pas sur le cas Bay mais je reste infiniment plus mitigé quant à hisser Evans au rang des Carpenter ou McT (dont "Die Hard" semble être un modèle plus évident que "Assaut" à mon sens) et encore moins de Coppola. Je ne peux également me résoudre à réduire les principales qualités d'un film à ses seules scènes d'action. Je comprends tout à fait l'apport d'Evans en ce qui concerne la promotion du Pencak-Silat, et j'avais aussi pris un certain plaisir à voir bondir le Tony(que) Jaa dans "Ong Bak" (qui m'avait semblé plus honnête car peut-être plus authentiquement naïf). Mais pour moi, "The Raid", 1 ou 2, ça n'est que ça, et ce n'est pas suffisant.

Dirty Max 666 15/08/2014 15:25

L'apparition au cinéma d'un art martial comme le pencak-silat apporte une certaine nouveauté au film d'action. Les chorégraphies sont différentes et la mise en scène elle-même s'en retrouve impactée (à l'instar du muay thaï dans "Ong-bak"). Si The raid 1 et 2 ont réussi à marquer les esprits, c'est aussi parce qu'Evans n'a pas peur de nous faire jouir (du coup, on rejoint la pornographie dont tu parles). Le plaisir du spectateur est ici fondamental, et l'emporte même sur toute autre considération. Est-ce suffisant pour faire un bon film ? Largement. Surtout si les choses sont bien faites... En outre, je pense que Gareth Evans se pose aujourd'hui en digne héritier de nos "pionniers". Il suffit de voir comment le cinéaste gallois se réapproprie ses influences carpenteriennes dans "The raid 1" (Assaut), sans que celles-ci ne viennent jamais empiéter sur son projet personnel. Et pour en finir avec Michael Bay, j'ajouterais qu'il n'y a aucun mérite à tout détruire avec des joujoux exclusivement numériques. Chez Evans, ce sont des êtres de chair et d'os qui font le spectacle. L'exploit n'en est que plus noble et méritant. Merci à toi d'être revenu par ici pour causer cinoche !

Princécranoir 14/08/2014 19:17

Je te suis sur toute la première partie de la réponse et je comprends tout à fait le plaisir que l'on prend (moi-même je ne boude pas mon plaisir face à une suite de coup bien placés) à suivre les combat. C'est d'ailleurs intéressant que tu cites de grands formalistes comme Carpenter avec "Halloween" ou McT dans "Predator" (il se trouve que revue "Die Hard" hier soir, c'est encore très frais), je suis moins connaisseur de Woo. Et la grande différence que je fais entre ces grands anciens et Evans, c'est qu'ils sont les pionniers d'un genre (l'un le survival pur, l'autre le film d'action pure) et lui n'invente rien, sinon une manière de hisser le curseur de violence dans les combats. De plus, que ce soit chez Carpenter ou McT, l'action est toujours soutenue par l'histoire alors qu'ici l'articulation est très loin d'être aussi efficiente. A la limite, "Redemption" en faisant l'impasse volontairement sur un développement des personnages et des enjeux, choisissait une meilleure option. Sur l'aspect "pornographique" (un terme qui peut heurter c'est sûr mais il ne faut pas le prendre forcément comme insultant), je sui peut-être radical. Mais même si Mike Bay se vautre dans les millions de dollars pour assouvir ses fantasmes de bourrin, il me semble qu'Evans ne fait pas autre chose à la mesure de son enveloppe budgétaire. Ceci dit, je préfère encore une bonne mandale de Rama qu'un missile à tête creuse d'un Autobot sans cerveau.
Ps : en fait je suis venu par hasard de chez Rigs et la bannière m'a plu. Chouette blog et ravi de ce débat constructif ;)

Sekateur 09/08/2014 22:03

Tu m'as donné envie de voir ce film, d'autant que j'ai vu le premier, et qu'il dépotait bien. Mais il ne passe pas dans ma commune. Ballot...

Dirty Max 666 10/08/2014 18:42

Salut Séka, ravi d'avoir pu te donner envie de voir The raid 2. Évidemment, un film indonésien interdit aux moins de 16 ans, ne peut qu'être mal distribué dans nos contrées...Mais bon, on va pas trop se plaindre puisque le film est tout de même sorti en salle. Il y a deux ans, je n'avais même pas pu voir le premier The raid sur grand écran. Une séance de rattrapage en dvd, s'impose donc à toi, Séka ! Merci pour ton petit mot.

Roggy 08/08/2014 21:07

Je trouve ta chronique extrêmement belle et réussie. On sent que tu as aimé le film et tu transmets à la perfection ta passion pour "The Raid 2". Je suis d'accord avec toi sur ton analyse, même si je suis resté un peu en dehors des scènes plus posées. En l'occurrence, j'ai préféré le récent "Drug War" pour le scénario.
En tout cas, bravo pour ta chronique M. Le Saltimbaque.

Dirty Max 666 08/08/2014 21:45

Bonsoir Roggy, je viens justement de te laisser un comm' sur ton article dédié à The raid 2 ! Et merci beaucoup pour tes compliments. Pour le Drug War de Johnnie To, j'en prends bonne note. Passe une bonne soirée.