Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
The dirty cinema

The dirty cinema

Sale comme sauvage. Sale comme sexy. Voici une caverne entièrement dédiée aux films de genre, aux déflagrations pelliculées, aux péloches cramées, aux bisseries qui tâchent. Moteur.

Publié le par Dirty Max 666
Publié dans : #BLOODY HORROR

 

COURTS-MÉTRAGES :

THE COLD EYES OF DEATH (2013) +

VIOLETS BLOOM AT AN EMPTY GRAVE (2014)

REGIA DI LUCIANO IMPEROLI

POETRY OF THE DEAD

Cela fait maintenant dix-huit ans que Lucio Fulci a rejoint l'au-delà. Aujourd'hui, son œuvre continue d'inspirer de nombreux fans à travers le monde. Mais ne voyageons pas trop loin et restons en Italie, là où le maestro a donné vie à ses plus belles frayeurs. Société créée par Chris Milewski au pays du giallo, "Filmiracle" a produit deux courts-métrages en hommage à Lulu (comme le surnomme affectueusement François Blackaria Gaillard).  Le premier se nomme The cold eyes of death et le second Violets bloom at an empty grave. Des titres qui renvoient immanquablement à l'âge d'or de l'horreur spaghetti. Avec ses deux films jumeaux, le réalisateur Luciano Imperoli retrouve l'essence de la Fulci's touch : une terreur poétique et putride se muant en un cauchemar aux résonances intimes. La contribution musicale de Fabio Frizzi y est aussi pour beaucoup. Oui, il s'agit bien de l'un des compositeurs fétiches du père Lucio ! La partition mélancolique de l'auteur du score poisseux de L'enfer des zombies, achève d'immerger le spectateur dans les ténèbres. Cerise sur le gâteau : Violets bloom at an empty grave bénéficie d'un doublage de choix avec la présence vocale de Franco Garofalo (acteur vu dans le nanar culte Virus cannibale) et Silvia Collatina (la môme de La maison près du cimetière, récemment aperçue dans le court Lust murders de David Marchand). Visuellement aboutis (la photo brumeuse évoque celle de Sergio Salvati, le chef op' de nombreux Fulci) et agrémentés d'effets spéciaux à l'ancienne  (pas de trucages numériques cheaps, ici), The cold eyes of death et Violets bloom at an empty grave font renaître les grandes heures du gore all'italiana. Pour mater les films en question, c'est juste en-dessous, là.

POETRY OF THE DEAD

MARILYN BURNS (1950-2014)

Je dédie cet article à la mémoire de l'inoubliable Sally Hardesty de Massacre à la tronçonneuse (1974). Pour tous les fans du shocker ultime de Tobe Hooper, ses cris de scream queen retentiront pour l'éternité...

Commenter cet article

Rigs Mordo 08/08/2014 13:58

Je plussoie tout ce que tu dis, je serais franchement partant pour qu'ils se lancent un jour dans un long de cet acabit. Moi voir une jeune femme déambuler dans des décors pareils pendant 1h30 pour y croiser quelques fantômes putrides. J'ai aussi noté que si Garofalo n'est pas un acteur très bon visuellement, sa voix colle franchement bien à une narration assombrie.

Dirty Max 666 08/08/2014 15:47

Si Imperoli tourne un jour les versions longues de The cold eyes of death et Violets bloom at an empty grave, je serai moi aussi au rendez-vous. Et merci pour ta précision sur Garofalo.