Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
The dirty cinema

The dirty cinema

Sale comme sauvage. Sale comme sexy. Voici une caverne entièrement dédiée aux films de genre, aux déflagrations pelliculées, aux péloches cramées, aux bisseries qui tâchent. Moteur.

Publié le par Dirty Max 666
Publié dans : #SCIENCE-FICTION

 

LIFEFORCE - L'ÉTOILE DU MAL

(Lifeforce)

de Tobe Hooper

États-Unis/Royaume-Uni - 1985

Starring : Steve Railsback, Peter Firth &

Mathilda May

SPACE INVADERS

Incompris lors de sa sortie en salle, Lifeforce se doit aujourd'hui d'être considéré à sa juste valeur. Le récent dvd/blu-ray paru chez "Sidonis Calysta" nous donne l'occasion de réhabiliter un film qui vieillit bien mieux que Brigitte Bardot. Mais prenons la DeLorean et revenons en 1985. Courtisé par la "Cannon" du duo Golan/Globus (le premier nous a quitté le 8 août dernier à l'âge de 85 ans), Tobe Hooper se voit offrir l'adaptation d'un roman de Colin Wilson, Les vampires de l'espace. Conscients de l'ampleur du projet, les producteurs des Portés disparus investissent alors un peu plus de thunes que d'habitude. L'effort budgétaire consenti par les rois du B est entièrement visible à l'écran et permet à Hooper de livrer son film le plus ambitieux. Malheureusement, le box-office tire la tronche et Lifeforce ne rentre pas dans ses frais. Ce qui n'empêche pas la "Cannon" et le réalisateur de Poltergeist de rebosser ensemble dans la foulée. Contractuellement, le cinéaste doit encore deux autres longs à la société. Ce sera L'invasion vient de Mars (un remake des Envahisseurs de la planète rouge, petit classique de la SF parano des 50's) et Massacre à la tronçonneuse 2  (l'inévitable suite du chef-d'œuvre de 1974). Après cela, le barbu entame une période de vaches maigres qui s'estompe au milieu des années 2000, avec les deux sympathiques réussites que sont The toolbox murders et Mortuary.

Co-écrit par Dan O'Bannon, Lifeforce commence comme Alien, le huitième passager. Une expédition spatiale fait une rencontre du troisième type : trois humanoïdes endormis et totalement nus (deux hommes et une femme incarnée par Mathilda May). Des cousins extraterrestres de prime abord plus charmants que la créature d'H.R. Giger. Bien sûr, les astronautes ont la mauvaise idée de ramener leur découverte sur Terre. Le voyage de retour se passe très mal et le Colonel Tom Carlsen (Steve Les traqués de l'an 2000 Railsback) est le seul à survivre au désastre. Une équipe de sauvetage finit par intervenir et récupère nos trois "étrangers". Les corps, toujours inertes, sont emmenés à Londres dans un centre de recherche. Lorsque le trio intersidéral se réveille, c'est pour montrer leur vrai visage. Celui d'un vampire aspirant littéralement la force vitale des êtres humains. Bientôt, le chaos va s'abattre sur la capitale britannique... Très vite, l'ombre du monument de Ridley Scott se dissipe et il paraît évident que cet Étoile du mal n'a rien d'un succédané. Riche en influences diverses et cohérentes, le film part plutôt chercher son inspiration dans les bandes de la Hammer (la trilogie Quatermass en particulier). Le choix du lieu de l'action et le look gothique du dernier acte rendent un bel hommage à la célèbre firme au marteau. Et attestent de la volonté de revenir aux fondamentaux. Car au milieu des eighties, le fantastique baigne dans le sang en se fendant la poire. Connaissant ses classiques sur le bout des doigts, Tobe Hooper souhaite redonner au genre ses lettres de noblesse.

En dehors des modes et en avance sur son temps, Lifeforce était à l'époque condamné au rejet. Le public de 1985 n'était peut-être pas encore prêt pour un tel mélange des genres (même constat pour Les aventures de Jack Burton dans les griffes du mandarin qui ne sortira qu'un an plus tard). À la fois space opera, invasion extraterrestre, conte gothique, film de vampire et zombie flick, L'étoile du mal est sans conteste une œuvre originale et maîtrisée (ce qui n'était pas gagné d'avance compte tenu des nombreuses réécritures du script). En pleine possession de ses moyens, Hooper ne perd jamais le fil de son histoire  (les considérations scientifiques ne viennent jamais plomber le rythme de l'ensemble) et soigne tous les aspects visuels de son film (la copie de "Sidonis Calysta" est un régal pour les mirettes). Le travail du chef opérateur Alan Hume (également responsable de la photo de The kiss of the vampire, l'un des joyaux de la Hammer) irrigue l'image de couleurs flamboyantes où le bleu domine. Les nostalgiques des années 80 peuvent aussi s'extasier devant la splendeur des effets spéciaux "à l'ancienne", conçus par le staff de John Dykstra. Les matte paintings, les animatroniques et les maquillages nous en mettent vraiment plein la vue ! Côté musique, on retrouve un autre cador : Henry Mancini. Le prestigieux compositeur offre à nos esgourdes un thème martial et épique qui se mémorise dès la première écoute. Devant la caméra, pas de stars mais une jolie révélation : Mathilda May. La quasi débutante de 20 ans n'a pas froid aux yeux et se promène à oilpé suffisamment longtemps pour l'admirer sous tous les angles. Si la comédienne a depuis renié sa participation à Lifeforce, elle reste malgré tout indissociable de son rôle de succube intergalactique. Car il faut bien l'avouer : jamais l'apocalypse n'avait été aussi sensuel qu'à travers le baiser mortel de Mathilda...

Mathilda May, extraterrestre nudiste, dans le génial Lifeforce de Tobe Hooper.

Mathilda May, extraterrestre nudiste, dans le génial Lifeforce de Tobe Hooper.

La preuve éclatante que la carrière d'Henry Mancini ne se limite pas au thème de la Panthère rose...

SPACE INVADERS

MADELEINE COLLINSON (1952-2014)

Les sévices de Dracula. En un seul film, elle a marqué le cœur des fans de la Hammer. Le 14 août dernier, la sœur jumelle de Mary Collinson a définitivement fermé ses yeux de nymphe vampirique. Repose en paix, ma belle.

Commenter cet article

thierry 06/11/2014 17:22

j'avais vu ce film des sa sortie en salle et je me suis dis que TOBE HOOPER ne pouvait pas en rester la malheureusement la suite ne fut pas rose pour lui d'échec en échec et de navet en navet, mais LIFEFORCE est un film important dans la catègorie science-fiction (au fait pour GINA CARANO je partage ton avis , SLY a loupé une belle opportunité pour

Dirty Max 666 06/11/2014 18:11

Salut Thierry et bienvenue sur The dirty cinema ! Tu as donc découvert cet excellent Hooper sur grand écran. Veinard ! Sinon, juste après ce film, le cinéaste a enchaîné sur deux opus franchement recommandables : "L'invasion vient de Mars" et "Massacre à la tronçonneuse 2" (tous deux de 1986 et toujours produits par la Cannon). Pour avoir du bon, il faudra ensuite attendre les très intéressants "Toolbox murders" (2004) et "Mortuary" (2005). Et n'oublions pas que le premier "Massacre à la tronçonneuse" vient de ressortir en salle ! Pour faire suite à notre discussion sur la bombe Carano, je rajoute ici l'adresse de ton blog Cineparade (http://cineparade.eklablog.com/), où tu parles d'ailleurs du DTV de Gina, "Out of control".

Roggy 12/09/2014 17:07

Merci Max de mettre en exergue ce chef-d’œuvre de la SF (il est classé 11e dans mon Top 100 :) ) avec une Mathilda May hyper sexy (même si aujourd'hui, elle rejette le film). Une belle chronique pour un film produit par la Cannon dont je te conseille le doc qui leur est consacré "The Go-Go boys".

Dr FrankNfurter 10/09/2014 19:10

J'avoue, je suis moins emballé que toi. Revue il y a 3 ans, les qualités de Lifeforce ne m'ont pas sautées aux yeux. Oui, le film est en décalage par rapport à la SF de l'époque, mais franchement bof... et je suis poli :-P

Dirty Max 666 12/09/2014 12:26

Tout à fait. Merci pour la lecture !

Dr FrankNfurter 12/09/2014 11:34

Sinon son Funhouse de 1980 est tout à fait acceptable dans son genre :-)

http://www.therockyhorrorcriticshow.com/2011/01/funhouse-tobe-hooper-1981.html

Dirty Max 666 11/09/2014 21:14

Oui, j'ai vu ça : version restaurée 4k inédite ! C'est la copie qui a été présenté au dernier festival de Cannes. "Massacre à la tronçonneuse" sur grand écran, ça doit être quelque chose...

Dr FrankNfurter 11/09/2014 19:46

Pour se réconcilier, rien de mieux qu'un son de tronçonneuse de 1974 ;-)
Repasse en copie neuve avec Tobe en guest au Grand Rex fin septembre justement !!

Dirty Max 666 10/09/2014 19:36

Bonsoir Doc ! Tu n'es pas le seul dans ce cas-là...En ce qui me concerne, "Lifeforce" m'a replongé avec délice dans le fantastique des années 1980...En tout cas, passe une bonne soirée et remate-toi un "Poltergeist", histoire de te réconcilier avec le père Hooper.

Sekateur 08/09/2014 19:56

Excellent film, et Mathilda était vraiment... bref, beau traumatisme de mon adolescence... et belle relecture du mythe vampirique, au passage...

Dirty Max 666 08/09/2014 21:35

Bonsoir Séka ! L'harmonie des formes de Mathilda May a dû marquer pas mal de spectateur à l'époque, ça c'est certain. Comment "Lifeforce" a-t-il donc pu se planter au box-office ? Un film qui - comme tu le soulignes - revient à la source du mythe vampirique tout en le modernisant dans un contexte de SF. Ce mélange de folklore et de high-tech est l'un des nombreux atouts de cet "Étoile du mal".

Rigs Mordo 06/09/2014 16:36

Excellent papier, comme d'hab'! Tu vends bien le film, que j'avais vu quand j'étais mioche et dont je n'ai pour ainsi dire aucun souvenir, je ne l'aurais pas vu que ce serait pareil. Il faudra donc que je m'administre une piqure de rappel. Je suis content de voir que je ne suis pas le seul à trouver Toolbox Muders sympa, également! Pour Mathilda May, je me souviens l'avoir vue chez Ruquier expliquer avoir refusé un rôle chez je ne sais plus quel réalisateur (sans doute un truc d'auteur) pour un "gros film américain" qu'elle considérait comme une daube. Il s'agit probablement de Lifeforce...

Dirty Max 666 08/09/2014 17:37

Je comprends ta réticence, Rigs : "Crocodile" n'est pas le meilleur Hooper, c'est le moins que l'on puisse dire...Mais le pire reste pour moi ses deux livraisons pour la série "Masters of horror". Deux gros ratages assez difficiles à regarder...Sinon, ce serait cool que "Sidonis Calysta" continue sur sa lancée en nous sortant le dvd de "L'invasion vient de Mars". Sans oublier celui du génial "Massacres dans le train fantôme", toujours inédit en France. Pour ce qui est de nommer mon Hooper préféré, je ne serais pas très original : "Massacre à la tronçonneuse" !

Rigs Mordo 08/09/2014 13:47

Crocodile je l'ai acheté en DVD pour 1€ le mois dernier, me disant que ça fera toujours une chronique... Mais j'ose à peine le voir lol Sinon j'aime aussi Le Crocodile de la Mort, qui garde le coté sec et lourd de TCM. Tu dis plus haut que tu n'as pas vu L'Invasion vient de Mars, Max, je l'avais vu petit et j'avais trouvé ça très sympa. Maintenant, il vieillit peut-être très mal... Reste que mon Hooper favori est Massacres dans le Train Fantôme, c'est celui que je revois avec le plus de plaisir, c'est selon moi son meilleur boulot.

Dirty Max 666 06/09/2014 17:20

Merci Rigs ! J'ai moi aussi découvert le film quand j'étais gamin (à la téloche, sur l'ex-Cinq, il y a donc très longtemps) et je me souvenais seulement de zombies essayant de s'accrocher à un hélico. J'ai donc réellement vu "Lifeforce" cet été, grâce à la belle galette de "Sidonis Calysta" (vivement "From beyond", prévu le 21 octobre prochain selon Amazon). Et franchement, cet "Étoile du mal" est un régal pour tous les amateurs du fantastique des 80's. Je ne m'attendais pas à ça, les avis sur le film étant plutôt contrastés. Perso, j'ai adoré ! N'hésite pas à le revoir, tu m'en diras des nouvelles. En ce qui concerne "The toolbox murders", je trouve qu'il forme avec "Mortuary" un joli diptyque qui marquait à l'époque le grand retour de Tobe Hooper. Avec ces deux péloches, le cinéaste avait enfin retrouvé l'inspiration (et puis dans "The toolbox... il y a deux actrices très appréciées des bisseux fantasticophages : Angela Bettis et Sheri Moon !). Pour les déclarations peu flatteuses de Mathilda May envers "Lifeforce", ça ne m'étonne pas (surtout chez Ruquier). Pas grave, nous savons tous les deux qu'il y a moins de honte à tourner un film d'horreur qu'une pièce de boulevard moisie avec Pascal Légitimus...